Partagez | .
 

 Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Jeu 30 Jan - 16:55

Comment cela était possible ? Qui aurait pu imaginer ne serait-ce qu'une seule seconde que cela puisse arriver. Certes, Haast en était conscient, la majorité des Spades était assez stupide car ils ne connaissaient que la violence comme langage, mais de la à ce faire agresser par ces propres hommes car ils ne l'avaient pas reconnu ? C'en était trop. Il était temps de faire une réunion d'urgence pour que les gens soient capable de le reconnaître sans son chapeau. Et avec un peu de chance, il pourrait faire d'une pierre deux coups en accusant les Hearts de l'agression des trois idiots incapable de reconnaître son visage...
Mais le fait est que désormais Haast était dehors et profiter de l'air pur. A force de rester enfermé ces derniers jours, il commençait à en devenir fou. Enfin, plus que d'habitude... C'est pour cela qu'il avait décidé de sortir un peu, seul, sans vouloir être dérangé. Et c'est pour cela aussi qu'il avait croisé la route des trois idiots. Haast avait malencontreusement rangé son chapeau dans son manteau juste avant de sortir... Mais cela appartenait désormais au passé et il devait se concentrer sur l'avenir, c'est à dire ce qu'il allait faire de son après-midi.
Beaucoup d'idées déjà venaient s'entrechoquer dans l'esprit tourmenté d'Haast. Cela faisait longtemps qu'il ne s'était pas mêlé aux visiteurs. Il était peut-être temps de profiter de nouveau des attractions proposées... Mais avant cela, il se devait de faire un passage dans son endroit favori...

-

Le Rose Garden... L'odeur de ces fleurs rouges appelées des Roses... Rares étaient les personnes qui pouvaient ne serait-ce qu'imaginer le plaisir qu'avait Haast à se promener en cet endroit. Après tout, il l'avait volé loyalement et il avait parfaitement le droit de profiter pleinement de cette zone...
Haast prit alors une grande bouffée d'air parfumée et soupira. Il y avait beaucoup moins de visiteurs que lors de sa dernière visite. L'ambiance était vraiment molle, pour ne pas dire inexistante...
Il ne fallut pas longtemps pour que des visiteurs commencent à s'amasser autour d'Haast. Devant les yeux ébahis des quelques personnes autour de lui, Haast venait de transformer une Rose rouge en Rose blanche, et venait de l'offrir à une jeune femme, en évitant bien évidemment de croiser son regard.
Capter l'attention de son public était une grande qualité qu'Haast possédait en tant qu'illusionniste. Mais il n'y avait pas assez de personnes. Il fallait qu'il fasse encore plus de bruit, que ces tours soient encore plus grandioses. Il lui fallait toujours plus de public.
Petit à petit, alors que le temps passait, les tours d'Haast était de plus en plus complexe, et surtout de plus en plus intéressants... De la disparition de petits objets à la lévitation, en passant par les nœuds se dénouant seuls et le changement de couleur de ses mouchoirs, Haast commençait à avoir son petit succès avec une vingtaine de personnes autour de lui. Tout allait parfaitement bien... Jusqu'à que, au loin, Haast aperçoivent trois silhouettes qu'il reconnut immédiatement. C'était les trois idiots qu'il avait « envoyé au repos » pas plus tard qu'une petite heure plus tôt...
Ne jamais décevoir son public était une règle d'artiste que s'imposait Haast. Si jamais il devait « offrir des vacances » à ces trois idiots devant son public, sa popularité risquait de baisser. De plus, il n'était actuellement pas le Mad Hatter, mais un simple illusionniste ambulant. Il était temps qu'il parte. Et le plus vite possible était le mieux...

« Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs. Ce fut un honneur que de vous servir aujourd'hui avec mes humbles compétences. Mais malheureusement, je dois m'en aller. Mais n'ayez crainte ! Si jamais vous me revoyez par chance, n'hésitez pas à me demander un quelconque tour que vous avez vu, ça sera avec plaisir que je vous le remontrerai. »

C'est à ce moment qu'il vit les trois silhouettes arriver à toute vitesse vers lui. Haast se mit alors à courir. Quelle Blague. Lui, Haast Insania, plus connu sous le nom de Mad Hatter, était poursuivi par ses propres hommes et fuyaient... Si Jamais cette histoire venait à s'ébruiter, son ego en prendrait un coup et massacrer trois pauvres hommes ne suffirait pas à calmer sa colère... Fuir ces hommes et surtout ne pas se faire attraper était donc la meilleure solution.

-

Après un long quart d'heure de course poursuite, Haast était enfin parvenu à échapper à ses poursuivants... Ses hommes étaient certes stupides mais ils étaient tenaces. Il fallait au moins admettre ça.
Haast reprit alors son souffle et soupira pour la seconde fois de la journée... Il ne savait absolument pas où il était.  Alors certes, il aurait parfaitement pu se retourner lors de la course poursuite pour « proposer une sieste » à ses hommes, mais si en plus venait à éclater une rumeur que les Spades se faisaient écraser par un simple inconnu...
Mais peu importait !
Haast regarda alors autour de lui et vit ce qui, d'après ses souvenirs, semblait être Carnival Town. Et d'après ces mêmes souvenirs, les White Cards veillaient à ce qu'aucun « problème » ne se produise entre les Suits... Mais que se passerait-il si lui, Le Mad Hatter, apportait un peu d'animation à sa façon dans ce triste endroit ?
Haast ne put s'empêcher de rire haut et fort, ce qui déclencha quelques regards étonnés dans sa direction. Il était seul, prêt à faire un mauvais coup. Une cible facile, sans aucun renfort possible car personne ne savait où il se trouvait. Pourtant, personne ne connaissait son visage. L'unique preuve de son identité était son chapeau, rangé soigneusement dans son manteau, qu'il portait ici même...
Jamais devant Dieu il n'aurait pu imaginer que sa journée devienne à ce point intéressante. Surtout il ne fallait pas qu'il oublie de remercier les trois idiots. Après tout, c'était quand même un peu grâce à eux qu'il avait aujourd'hui même la possibilité de taquiner un peu les White Cards... Mais il ne fallait pas oublier aussi de leur casser les rotules pour ne pas l'avoir reconnu...
Mais là n'était pas le problème. Devait-il poser son chapeau sur sa tête et apporter chaos et désespoir sur cet endroit ? Ou devait-il faire profil bas et s'amuser d'une autre manière, tout en gardant son identité secrète ? Car après tout, actuellement, il n'était pas le Mad Hatter, mais juste Haast Insania, un simple Illusionniste ambulant...

Haast ne put s'empêcher de sourire... Jusqu'à qu'il voit de nouveau les trois idiots... Mais à quel point ces trois là étaient bêtes pour rentrer en plein territoire neutre dans le but d'agresser un inconnu avec leurs forces... Et surtout pour poursuivre leur propre leader...
Voyant ce spectacle affligeant, Haast décida alors de rentrer dans les sombres ruelles... Mais à peine eut-il tourné qu'il percuta quelqu'un si violemment qu'il lui tomba dessus, la plaquant au sol... Baissant les yeux pour éviter tout contact visuel, Haast prit la parole le premier avant même que la victime ne puisse parler...


« Je vous prie de bien vouloir m'excuser, ce comportement est tout à fait honteux de ma part et je suis entièrement fautif. Si jamais je peux faire quoi que ce soit en réparation, n'hésitez pas à demander, de ferai de mon mieux pour exaucer votre souhait. »

Bien que les pensées d'Haast étaient complètement différentes, il se devait de faire profil bas... Il se releva alors, vérifia que son chapeau était toujours correctement en place dans son manteau et tendit sa main de manière courtoise, tout en s'inclinant et baissant la tête respectueusement...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jazz Zebraski
☼Queen of Frost ☼
Messages : 404
Date d'inscription : 25/12/2012
Age : 21
Localisation : Carnival Town
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Lun 3 Fév - 20:20

Jazz était assise sur l'un des plus hauts toits de la ville blanche, Carnival Town - ou plutôt flottant à quelques millimètres au dessus - son parapluie reposant sur ses genoux. Elle emplit ses poumons d'air frais et expira longuement, profitant de la brise fraiche qui faisait voler sa chevelure blonde. Ses yeux semblaient plus clairs, comme si suivant les humeurs du véritable ciel, son regard reflétant habituellement un temps orageux avait pris la teinte azuré que revêtait le ciel ce jour-là. Si ses lèvres fines ne s'étirait pas exactement en un sourire, il y avait quelque chose de paisible dans son expression. Elle inspira une nouvelle fois, cette fois fermant ses paupières pour mieux savourer la pureté de l'air.

Son calme l'impressionnait elle-même. Elle devrait être plus inquiètes. Elle devrait être méfiante sur ses gardes, attendant le moment où l'être qu'elle aimait par dessus tout en ce monde deviendrait une nouvelle fois son ennemi. Elle devrait et pourtant...

Elle expira.

Elle se sentait en sécurité. Il y avait Juliette, la Red Princess qui ne semblait pas vouloir que l'on révèle son identité. La jeune fille à la chevelure rose était le soleil là où Jazz était la lune. Elle était charmante et charmeuse, sociale et sans gêne, actrice et musicienne. Ce que Jazz ne serait jamais...Il y avait aussi l'Harlequin Chi Ieyasu, le mystérieux, l'indéchiffrable, l'énigmatique. La petite White Card ne savait pas si elle pourrait compter sur l'aide du Diamond à l'avenir mais elle avait la certitude que s'il le fallait il défendrait Circus...Et puis son bien-aimé, ce traître, ce fou. Sa gentillesse n'avait d'égal que sa cruauté, et sa douceur que sa brutalité. C'était un être de contradiction, mais elle le savait, il ne brisait pas ses promesses. Et il leur avait promis. Il lui avait promis.

Une bourrasque glacé vint fouetter son visage.

Elle ouvrit les yeux. Ils s'étaient à nouveau obscurcis. Elle empoigna le manche de son parapluie résolument et l'ouvrit, avant de s'envoler vers l'origine du trouble.

Elle avait développer un instinct au cours des années, un instinct qui la guidait invariablement vers les origines des conflits qui parsemaient le territoire de Circus. Cette fois, le trouble était à l'intérieur même de Carnival Town. Elle ne savait pas encore qui ils étaient mais elle allait s'assurer qu'ils regrettent amèrement leurs fautes.

Elle vola au dessus de la ville neutre à vitesses raisonnable gardant un œil ouvert afin de capter tous signes de disputes éventuelles. Ne voyant d'abord rien qui sortait de l'ordinaire elle s'approcha du sol. Un mouvement capta son regard nuageux. Trois hommes semblaient pressés de se dégager de la foule et n'avait de cesse de darder leurs regards haineux sur les alentours. Visiblement, ils cherchaient quelqu'un.

Afin de ne pas causer de remous, Jazz alla se poser - ou plutôt flotter au ras du sol - dans une ruelle sombre à l'écart des rues principales. Pour l'instant il n'y avait aucun signe de celui ou celle qui était pourchassé. En tant qu'arbitre elle allait donc les suivre et n'agir que s'ils trouvaient leur proie. Elle ne pouvait agir tant qu'ils n'avaient pas commis d'infraction.

Elle allait se mettre en route vers la rue principale lorsqu'un individu la renversa. La fillette se retrouva plaquée au sol, sous l'homme qui venait de la percuter.

"Je vous prie de bien vouloir m'excuser, ce comportement est tout à fait honteux de ma part et je suis entièrement fautif. Si jamais je peux faire quoi que ce soit en réparation, n'hésitez pas à demander, de ferai de mon mieux pour exaucer votre souhait."

Jazz était tout à fait d'accord avec ses mots mais elle aurait préféré qu'il commence par la libérer. Ce qu'il fit à son grand soulagement. Elle n'aimait pas la proximité avec le sol et être allongée par terre ne lui plaisait pas du tout. Sitôt l'homme sur ses pieds, elle se remit à flotter. A genou dans l'air elle s'empara de son parapluie qui avait été projeté un peu plus loin. Elle se mit "debout" et se tourna pour faire face à l'homme. Elle le reconnut rapidement par sa façon de cacher son regard sous son couvre-chef. Elle venait de percuter le Mad Hatter en personne. En voila un qu'elle ne rencontrait pas souvent.

- Mad Hatter. souffla-t-elle. Il est rare de vous voir dans les environs.

Aurait-elle été un peu plus expressive, Jazz aurait froncer les sourcils. Elle devait bien avouer qu'elle n'aimait pas savoir le Fou ici. Elle ne discriminait pas mais le Mad Hatter était spécial. Il était fou, plus purement et véritablement fou que Nightmare. Et qui disait fou disait troubles, et cela ne lui disait rien de bon qui vaille. Elle le scrutait cherchant à deviner ce qui pouvait bien amené un homme d'une telle importance dans une des ruelles de Carnival Town.

Elle allait lui demander ce qu'il faisait là lorsque des éclats de voix se firent entendre. Ses réflexes d'arbitre ressurgissant, Jazz se précipita hors de la ruelle sombre et déboucha sur une avenue plus passante. Elle ne mit qu'une fraction de seconde pour voir d'où venait les cris. Trois hommes encerclaient une jeune fille, que la White Card reconnut au premier coup d'œil par sa longue chevelure rose.

Volant - littéralement - au secours de son amie, Jazz s'avança vers le groupe et se planta fermement devant la jeune Hearts.

- Laissez la tranquille. dit-elle d'une voix tranchante aussi douce que la brise.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lady Juliette
Red Princess
L'avare Narcissique
Messages : 144
Date d'inscription : 29/12/2012
Age : 22
Localisation : Dans ma demeure
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Sam 8 Fév - 0:53

Quel ennui ! Passer cinq heures assise sur une chaise à écouter Monsieur Ridon déblatérer sur l'origine du conflit entre les spades et les hearts. Mais qui diable aimerait savoir que ma grand-mère a déclenché ce conflit avec l'ancien Mad Hatter pour une histoire de kotetsu et de bonnes manières ! Le plus drôle dans tout cela ! C'est qu'un conflit partant d'une si petite chose prenne des ampleurs considérables. Certes, je ne penses pas que ce soit entièrement la faute du kotetsu, mais il est l'élément déclencheur de cette guerre. Maintenant, les spades prennent un malin plaisir à nous persécuter et les hearts à leur jeter des pierres avec de belles paroles cinglantes.

Bref, mon précepteur m'avait assommée toute le matinée avec ces problèmes politiques. De toute façon, la seule matière qui m’intéresse dans ma formation de future reine est l'économie. Gérer l'argent, le répartir équitablement tout en épargnant un peu, privilégier l'entretient des attractions, principal revenu du royaume, pour en obtenir d'avantage. Au moins, cette matière sert à quelque chose ! Je dois avouer que ma famille, quelque peu féministe, a privilégier les femmes à la succession au trône grâce à leur pouvoir de séduction. En effet, avant qu'elle ne devienne vielle et aigire, ma mère a charmé de nombreux notables et banquiers pour nous permettre de sortir d'une longue et douloureuse crise financière.

Enfin, je ne fus autorisée à sortir qu'une fois le test de fin de séance terminé. Après cela, j'ai pu être libérée. Une fois sortie des griffes de mon instituteur, Jabber et moi dévalâmes les marches quatre à quatre vers la salle à manger. Elle était bien sûr surpeuplée. Cependant, étant de sang royal je ne pris pas la peine d'attendre que l'on me convie à rentrer. Seul les touristes et quelques mondains doivent attendre. Cependant, certains impatients protestèrent et me crièrent dessus. Il m'aurait fallut seulement un claquement de doigts pour les renvoyer, mais cela aurait été mauvais pour les affaires. Je me suis donc contenté des les ignorer et de regagner ma place habituelle. Cependant, Jabber est moins tolérant que moi, il calma donc les ardeurs de la folle en quelques seconde par un grognement sourd et protecteur.

Une fois le bon repas bien copieux avalé, je me rendis à la salle de trône pour demander la permission de sortir. Eh oui ! On a beau être majeure, lorsqu'on est une princesse, on ne peut faire tout ce que l'on désire. Une fois la permission accordée, je pus enfin prendre congés. Ce palais a beau être ma maison, je ne m'y sens bien que lors des jours de fermetures. En semaine, il y a beaucoup trop de touristes qui vous regardent de travers ou qui cherchent à pénétrer dans vous quartiers sans y être convier. Je déteste cela ! Ils sont tout simplement impolis ! Ils devraient savoir que lorsqu'on pénètre dans le palais royal, il y a quelques règles de bienséances à respecter. Nous sommes connus pour notre amabilité ainsi que notre élégance et c'est en partie pour cela que de nombreux visiteurs viennent chez nous. Mais la politesse n'est pas réservée au hearts ! Cependant, comme il serait mauvais pour l'économie du royaume de faire un scandale à ce propos, nous devons nous contenter de ruminer dans notre coin et attendre qu'ils prennent congé. Après tout, le cilent est notre portefeuille, euh, pardon, roi !

Une fois sortie du territoire des hearts, je me rendis chez les white cards. Ces derniers temps, je n'ai pu me déplacer librement sur mon lieu de travail à cause de fauteurs de troubles qui cherchent les ennuis à longueur de journée. Nous marchions donc Jabber et moi en direction de Carnival Town lorqu'une australienne attira l'attention de mon chien. Indignée que mon nounours pose ses yeux sur une autre que moi, je lui dit avec fermeté qu'un croisement entre un berger australien et un doberman n'aboutirait qu'à un affreux chien mutant. Non mais c'est vrai, un animal de taille normale avec de longs poils n'irait jamais avec un grand et puissant mâle au poil ras.

Frustrée, je pressai le pas en direction de notre destination. Une fois arrivée, je ne pus lui faire longtemps la tête. Ses petits yeux ne regardaient avec une tristesse sans pareille. Agacée, je me penchai en avant pour le serrer dans mes bras. Nous étions occupés par de longs et tendres câlins lorsqu'un groupe d'idiots me percutèrent. Je poussai une cris strident, puis, je m'appuyai sur Jabber pour me redresser. Je leur fit face deux bonnes minutes avant qu'ils ne me remarquent. Il ne faut pas leur en vouloir, lorsqu'on a un petit cerveau, on ne peut être parfait. J'attendis patiemment qu'il s'excusent tout en époussetant ma robe. Je l'a achetée hier pour inaugurer le début de l'hiver. Après tout, je n'avais qu'une cinquantaine de tenus hivernales dans mon armoire, je ne pouvais décemment passer l'hiver sans en acheter une autre ! Revenons à nos mongoliens. Ils m'examinèrent quelques secondes et me sourirent tout en s’exclamant :

- Eh ! Pas mal du tout, ça te dirait de venir t'amuser avec nous ?

En temps normal, j'aurais gentiment accepter, mais là, ils avaient dépasser les bornes, j'étais sur le point d'ouvrir la bouche afin de leur donner une bonne leçon lorqu'une voix retentis derrière eux :

- Laissez la tranquille. dit la jeune inconnue d'une toute petite voix.

Inconnue ? Non, je l'avais déjà vue quelque part... Mais quel était son non déjà ?

- Jazz ! m'écriais-je.

Le sourire aux lèvres je m’apprêtais à la serrer dans mes bras lorsque les mongoliens éclatèrent de rire. L'un d'eux posa sa main sur mon épaule. C'en était trop. Ma température corporelle monta à 120°, Je devins rouge et de la fumée émana de mon corps. L'un de mes agresseur, celui qui avait posé sa main sur mon épaule, s'ébouillanta. Il cria de toutes se forces et entreprit une dance similaire à la polka. Aveuglée par la colère, je m'exclamai :

- Ne vous a t-on pas appris la politesse ! Lorsque l'on percute une personne, on s'excuse et l'on ne ris pas au nez de son amie !

Jabber poussa un grognement pendant je j'avançais lentement vers mes adversaires.

PS: je suis désolée pour les fautes, mais je n'ai plus de traitement de texte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Ven 21 Fév - 1:47

Lorsque Haast entendit son titre sortir de la bouche de la personne qu'il venait de percuter et de plaquer au sol par accident, il comprit de suite que ses plans pour la journée étaient désormais à l'eau. Il ne pourrait plus se déplacer sans que chacun de ses mouvement ne soit épiés... Être une célébrité était d'un compliqué... Même lorsqu'il faisait profil bas pendant plusieurs semaines, chacune de ses sorties étaient remarquée... Il commençait réellement à en avoir marre... N'y avait-il donc aucun moyen pour lui de faire ses mauvais coups en paix ? Peut-être était-il temps qu'il prenne sa retraite et qu'il lègue son titre à quelqu'un d'autre ? Ainsi il aurait tout le loisir de faire ce qu'il veut... Mais qui devait-il nommer à sa place ? Car après tout, il savait parfaitement bien que s'il partait sans nommer quelqu'un, son groupe s'entre-déchirerait et il n'y aurait plus que trois suits. Peut-être pourrait-il choisir Zéphyr comme successeur ? Après tout, il l'appréciait bien... Ou alors il pouvait l'emportait avec lui lorsqu'il prendrait sa retraite... Il était persuadé que son Tweedle-Dee ferait une parfaite petite femme au foyer avec son visage angélique...
Haast se remit alors les idées en place en se secouant la tête. Le véritable problème était qu'il devait réussir à fuir la personne qu'il venait de percuter... D'après ce qu'il avait vu, la personne face à lui était une White Card du nom de Jizz. Ou peut-être Jezz... Il n'en était pas vraiment sûr. Les rares fois où il l'avait croisé n'était pas suffisamment longues pour qu'il puisse mettre un nom sur son visage. Par contre, il en avait énormément entendu parler par ses subordonnés. A plusieurs reprises elle avait "mis en déroute" certain de ses hommes, qui étaient d'ailleurs venu se plaindre en suivant...
Et alors qu'il commençait à sourire pour engager une conversation totalement innocente qui lui permettrait de s'éclipser discrètement en suivant, la White Card s'élança en vitesse quelques mètres plus loin où apparemment de l'agitation s'annonçait. Quel chance il avait ! Il pouvait désormais partir... Mais avant cela, il devait regarder... Juste par curiosité...

Quel ne fut pas son étonnement lorsqu'il reconnut trois personnes qui lui étaient familière... Trois idiots qui entourait une jeune fille accompagné d'un chien... Qui était-elle ? Aucune idée. Certainement juste une passante qui avait eu la malchance de tomber sur ses trois imbéciles... De plus, il était trop loin pour entendre quoi que ce soit... Bref, cette scène n'avait strictement aucun intérêt et Haast comptait partir jusqu'à ce que quelque chose d'improbable se produisit. De la fumée sortit du corps de cette jeune fille et un de ses hommes qui avait posé sa main sur elle sembla souffrir... Ou du moins c'est ce que Haast déduisit au vu de la danse qu'il venait de produire...
Merveilleux ! C'était fantastique ! Quelqu'un qu'il ne connaissait pas et qui ne faisait pas partie de ses subordonnés venait de porter la première "attaque" sur son groupe... Parfait ! Enfin il pourrait s'amuser ! Enfin ses idiots avaient servi à quelque chose ! Et de la manière dont cette inconnue avançait vers ses hommes, elle voulait continuer le massacre...
Haast ne put s'empêcher de rire ! Un rire calme mais à la fois calculateur... A quoi donc pouvait bien ressembler le visage de cette inconnue lorsque son esprit serait submergé par la Folie ?
Le Mad Hatter replaça correctement son chapeau sur sa tête et sortit donc de son coin tout en applaudissant. Un applaudissement suffisamment fort pour que toute personnes aux alentours puisse l'entendre...


« Jeune fille, je vous prie de vous arrêter là avant que cette histoire ne dégénère... Vous ne voudriez tout de même pas attrister vos proches lorsque ceux-ci apprendront que vous avez malheureusement... Eu un accident... Qu'en pensez-vous ? »

Pour ceux qui l'entendait pour la première fois, la vois du Mad Hatter semblait douce et accueillante. Elle inspirait toujours une certaine sorte de confiance... Mais pour les autres, sa voix était totalement différente. Certes le ton restait le même, mais plus il parlait, et plus une sensation malsaine vous glaçait le sang... Et l'effet fut immédiat sur les trois idiots... Les trois se figèrent et regardèrent dans la direction d'Haast... Quelle plaisir cela procurait que d'inspirer la crainte !

« Ainsi, si vous voulez bien les excuser et les laisser partir, je vous laisserai relâcher votre colère sur moi, qu'en pensez-vous ? Enfin, je vous demande votre avis mais je m'en fiche éperdument car vous allez tout simplement les laisser partir... Compris ? »

Haast sourit. Cette journée s'annonçait merveilleuse. Mais qu'est-ce qui pourrait la rendre encore meilleure ? Un soupçon de Folie, sans aucun doute...
Le Mad Hatter leva alors les yeux, espérant ainsi croiser le regard de cette téméraire inconnue qui allait égayer sa journée..
.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Jazz Zebraski
☼Queen of Frost ☼
Messages : 404
Date d'inscription : 25/12/2012
Age : 21
Localisation : Carnival Town
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Dim 2 Mar - 15:10

Jazz se tenait droite, faisant de son corps une barrière entre son amie et ses agresseurs. Si l'exclamation de la jeune fille aux cheveux roses fit plaisir à la White Card, cela ne transparut pas dans ses traits. Elle continuait à darder un regard glacé sur les trois hommes tentant de les faire partir par sa simple volonté. Malheureusement, leur cerveau était sous-développé et ils se mirent à s'esclaffer comme les abrutis qu'ils étaient. L'un d'entre eux eut même le culot d'ignorer Jazz et de porter la main sur Juliette. Le geste mit la fillette en colère mais avant qu'elle ne puisse agir, elle sentit la température changer. Il faisait de plus en plus chaud et Jazz avait l'impression que si elle restait là encore quelques minutes elle allait fondre.

Un coup d'oeil en arrière et le cri perçant de l'effronté qui avait touché son amie apprit à Jazz que c'était bien la jeune fille à la chevelure rose qui était à l'origine de ce soudain changement climatique.

- Ne vous a t-on pas appris la politesse ! Lorsque l'on percute une personne, on s'excuse et l'on ne ris pas au nez de son amie !


Le fidèle molosse de la princesse avança à ses côtés en grognant de façon menaçante. Jazz quant à elle, décida qu'elle était trop jeune pour être réduite à l'état de flaque d'eau et prit de l'altitude, son parapluie ouvert et ses pieds ramenés contre ses fesses comme si elle était assise à genou. Elle observa la scène en dessous d'elle avec grand intérêt. Juliette était une Hearts au placé et la White Card se devait donc de l'arrêter si elle allait trop loin.

La confrontation fut toutefois interrompue par des applaudissements qui captèrent l'attention de tous ceux concernés par l'altercation.

« Jeune fille, je vous prie de vous arrêter là avant que cette histoire ne dégénère... Vous ne voudriez tout de même pas attrister vos proches lorsque ceux-ci apprendront que vous avez malheureusement... Eu un accident... Qu'en pensez-vous ? »

Jazz fronça les sourcils. Elle n'avait pas pensé que le Fou se mêlerait de ceci. En fait, elle s'était plutôt préparée au fait que lorsqu'elle aurait fini son intervention l'homme aurait déguerpi depuis des lustres. Et pourtant le voila qui arrivait tout souriant pour insulter, plus ou moins subtilement, la fille de son ennemie juré.

« Ainsi, si vous voulez bien les excuser et les laisser partir, je vous laisserai relâcher votre colère sur moi, qu'en pensez-vous ? Enfin, je vous demande votre avis mais je m'en fiche éperdument car vous allez tout simplement les laisser partir... Compris ? »

Jazz grimaça intérieurement en voyant l'ambiance devenir malsaine. C'était probablement ce qu'elle détestait le plus avec les fous: la façon qu'ils avaient de rendre une atmosphère exagérément sombre presque instantanément.

N'aimant pas la tournure que prenait cette affaire, Jazz rentra en action. Levant le bras elle fit pousser de denses buissons de roses de glaces tout autour du groupe, créant une sorte de cage pour les isoler de la foule. S'ils devaient se battre ils le feraient sans endommager l'espace public et sans blesser de passants. Cela fait elle se rapprocha du groupe, tout en gardant une distance sure entre elle et ses adversaires bien entendu.

- Selon la volonté du Maître, toute forme d'altercation est interdite en territoire neutre. déclara-t-elle froidement.

Elle balaya les cinq belligérants du regard et lava une main menaçante.

- En cas de non-respect de cette règle, les concernés seront châtiés.

Elle conjura quelques roses aux épines acérées pour appuyer ses paroles avant de jeter un coup d'oeil à son amie. Elle espérait que la Hearts ne ferait pas de remous sinon elle serait obliger de la punir elle aussi ce qu'elle préférerait ne pas avoir à faire. Mais ce n'était pas comme si elle pouvait épargner la jeune fille alors qu'elle menaçait la neutralité du territoire Blanc sous ses yeux. Elle était une arbitre, la main du Maître et elle se devait de faire respecter ses paroles. Sa résolution prise elle attendit que les cinq lui obéissent. Ou le contraire...

Spoiler:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lady Juliette
Red Princess
L'avare Narcissique
Messages : 144
Date d'inscription : 29/12/2012
Age : 22
Localisation : Dans ma demeure
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   Dim 30 Mar - 10:17

Je fus ramenée à la raison par un homme vêtu de noir et d'un chapeau haut de forme. Sa tête me disait vaguement quelque chose... Ou peut être étais-ce sont chapeau ? Quoi qu'il en soit, cet homme s’avançait vers nous tout en tapant des mains, comme si ma petite prise de bec était un spectacle de rue. Les trois idiots se figèrent. Avaient-ils peur d'un homme en noir ? Qu'elle idée ! Sa tenue m'agaçant au plus haut point ! Ce genre de chapeau était passé de mode et ces vêtements tout noirs avaient des allures d'enterrement. Pourquoi ne met-il pas donc un peu de couleur ? Vous comprendrez donc que lorsqu'il ouvrit la bouche, mes poils se hérissèrent tout comme Jabber.

« Jeune fille, je vous prie de vous arrêter là avant que cette histoire ne dégénère... Vous ne voudriez tout de même pas attrister vos proches lorsque ceux-ci apprendront que vous avez malheureusement... Eu un accident... Qu'en pensez-vous ? »

Non mais je rêve ! Ce type est définitivement devenu mon ennemis numéro 1. Sa façon de parler, ses gestes, ses vêtements : tout portait à croire qu'il n'était pas un amis. Je me sentis bouillir. La température de mon corps avoisinait dangereusement les 300°C. J'espérait ne pas avoir à causer quelque grabuge que ce soit. Il me fallait rester diplomate. Tandis que je me répétait inlassablement ces mots, l'homme en noir poursuivit son discours :

« Ainsi, si vous voulez bien les excuser et les laisser partir, je vous laisserai relâcher votre colère sur moi, qu'en pensez-vous ? Enfin, je vous demande votre avis mais je m'en fiche éperdument car vous allez tout simplement les laisser partir... Compris ? »

J'étais sur le point de lui sauter à la gorges quand la lumière se fut dans ma tête. Il s'agissait du mad hatter. L'homme le plus agaçant et fou sur ce monde ,à part ma propre mère. Cette brusque trouvaille me coupa dans mon élan. En effet, c'était peut être mon ennemis à cause de ma mère, mais c'était aussi mon patron. Je lui dis donc le plus froidement possible mais avec politesse sans pour autant le fixer dans les yeux :

- Avec tout le respect que vous méritez, je vous prie de cesser de m'importuner. Je suis une femme peu patiente mais bien élevée, et je ne voudrais créer de tension en ce lieu de neutralité.

Je ne m'adressait jamais à qui que ce soit de cette façon, à part à ma mère et aux dirigeants. Je me doutait qu'il n'avait fait le rapprochement entre moi et ma mère et je ne comptait pas lui dire. Il ne faut pas mettre de l'huile sur le feu. En attendant sa réponse, je regardais Jabber intensément, le priant d'intervenir si besoin.

C'est alors que je les vis. Ces monstrueux buissons qui nous entouraient tels une barrière pour nous protéger des autres. Enfin, plutôt pour les protéger de nous. Jazz avait sortit le grand jeu.

- Selon la volonté du Maître, toute forme d'altercation est interdite en territoire neutre.

Déclara-t-elle solennellement. C'est qu'elle avait l'air sérieuse... Je ne savait comment réagir, je me contentait donc de la fixer bêtement, tandis qu'elle continuait de parler :

- En cas de non-respect de cette règle, les concernés seront châtiés.

Plusieurs seconde passèrent avant que je ne me ressaisisse. Jabber était à côté de moi et attendait le feu vert pour attaquer. Je ne lui donna pas. Après avoir pesé le pour et le contre, je soupirai.

-Bon, au lieu de se crêper le chignon comme des enfant, pourquoi ne pas en discuter autour d'un tasse de thé. Vous aimez le thé mad hatter ?

HRP : désolée pour le retard, ce n'est pas etrrible mais j'avais pas troup d'idée...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sombre rencontre dans une sombre ruelle [Lady Juliette And Jazz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un coin sombre dans les Cachots
» .Sombre rêve. |.Libre.|
» Le Figaro: Sous perfusion alimentaire, Haïti sombre dans le chaos
» Du bleu dans une sombre nuit [Pv Hans]
» Néphtys ♉ Âme sombre dans un corps pure.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Circus :: Land of the Joker :: Carnival Town :: Rues et Ruelles-